"Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail"

Publié le par Père Maurice Fourmond

Évangile d’un jour

Jeudi 27 août 2015

 

Matthieu 24, 42-51

 

    « En ce temps-à, Jésus disait à ses disciples :Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra.

    Que dire du serviteur fidèle et sensé à qui le maître a confié la charge des gens de sa maison, pour leur donner la nourriture en temps voulu ? Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi ! Amen, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens. Mais si ce mauvais serviteur se dit en lui-même : “Mon maître tarde”, et s’il se met à frapper ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, alors quand le maître viendra, le jour où son serviteur ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il l’écartera et lui fera partager le sort des hypocrites ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents ».

 

    Dans cet évangile, Jésus nous invite à veiller car dit-il « c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra ». Quel est le sens de cette venue du Christ, de la venue de Dieu ? Bien sûr, nous pensons immédiatement au moment de notre mort et il nous faut réfléchir à la façon dont nous préparons cette rencontre définitive avec le Seigneur. Mais il nous faut prendre conscience que la venue de Dieu, c’est tous les jours de notre vie. C’est très souvent que Dieu vient nous visiter à travers tant de médiations humaines, telle parole, tel geste, tel événement qui sont porteurs d’une présence de Dieu et d’un message pour notre vie. Aussi, quand Jésus nous demande de veiller, il s’agit de ne pas rater les multiples rendez-vous que Dieu ne cesse de nous offrir. Ainsi Jésus nous demande d’être « vigilants ». Veiller consiste essentiellement à rendre notre coeur disponible et ouvert  afin de reconnaître les passages de Dieu. Reconnaître les passages de Dieu ne veut pas dire que tout est programmé par Dieu, qu’il construit et transforme à sa guise les événements du monde. Reconnaître les passages de Dieu, c’est reconnaître deux choses : d’une part que Dieu et présent à ma vie quelques soient les événements heureux ou douloureux qui la traverse. Mais c’est aussi reconnaître à certains moments que telle parole ou tel événement est porteur d’un message qui peut éclairer et même transformer ma vie.

 

    Garder son coeur ouvert ne veut pas dire être sans cesse dans une prière explicite. La merveilleuse béatitude de notre évangile nous ouvre un chemin pour comprendre ce que veut dire « veiller ». Matthieu écrit : « Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi », c’est-à-dire en train de s’occuper de ceux qui lui ont été confiés, certaines traductions disent « en arrivant trouvera à son travail ». Garder son coeur vigilant ne consiste-t-il pas à bien faire son travail comme le serviteur qui fait ce que son maître attend de lui en s’occupant bien des gens de sa maison. Veiller consiste donc à rester attentif à bien faire son travail. Dieu nous confie la charge de construire un monde de justice et de fraternité véritables. Chacun en porte la responsabilité selon ses possibilités, sa vocation personnelle, son histoire. Porter honnêtement cette responsabilité n’est-ce pas être trouvé à notre travail par Dieu.

 

    Il n’est pas toujours facile de savoir ce qu’il convient de faire pour bien faire son travail. C’est pourquoi nous avons besoin les uns des autres afin de mieux discerner ce que Dieu attend de nous.

 

    Dans notre eucharistie, nous voyons que Jésus a été ce serviteur fidèle qui a donné la nourriture aux  hommes qui lui étaient confiés. Il va même jusqu’à se donner en nourriture. Heureux est ce Seigneur qui nous invite à faire comme lui afin d’être présent au rendez-vous de Dieu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article