"Jésus priait ainsi"

Publié le par Père Maurice Fourmond

7è dimanche de Pâques C

Le 8 Mai 2016

 

Évangile Jean 17, 20-26

 

    Nous avons la chance, dans cet évangile, de partager la prière même de Jésus. Sa prière nous offre deux messages importants pour notre vie de chrétien. L’un est une prière de Jésus demandant que nous soyons unis comme il l’est avec son Père : « Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi ». L’autre est l’expression d’une volonté de ne pas nous quitter, une volonté de lien, de solidarité avec tous les hommes : « Je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi ».

 

    Jésus a prié pour que nous puissions travailler à construire une véritable union entre les hommes, cette communion étant  la source du bonheur de l’homme et du bonheur de Dieu. Construire l’unité est un immense travail et un travail difficile. En effet, il y a en nous la peur de l’autre, de celui qui n’est pas comme nous, qui est différent, la peur de l’inconnu avec le risque de perdre une partie de nous-mêmes alors qu’au contraire, construire l’unité    en un formidable enrichissement pour chacun.

 

    Nous savons que nous ne pouvons être nous-même que grâce aux relations que nous pouvons avoir avec les autres. Mais entrer en relation implique de s’ouvrir à l’autre différent de moi. Non seulement nous ne perdons rien du meilleur de nous-mêmes, mais ces rencontres vraies et profondes sont autant de richesses qui nous font grandir.

 

    Toutefois il faut être vrai avec nous-mêmes et prendre conscience que nous sommes attachés à des manières de penser et de faire que nous ne sommes pas toujours prêts à modifier ou même à abandonner. Faire l’unité avec les autres va exiger certains renoncements mais qui nous purifient et nous construisent. Nous faisons tous l’expérience de cet effort pour accepter des formes de pensée et d’action différentes de ce que nous souhaitons. Cela ne veut nullement dire qu’il nous faudrait renoncer à nos convictions, mais comprendre qu’on peut être en communion avec ceux qui pensent et vivent différemment de nous dans la mesure bien sûr où chacun est honnête dans ce qu’il exprime et fait. Or nous avons conscience que nous ne portons pas la totalité de ce qui défini l’humain, nous avons besoin des autres pour élargir et enrichir nos façon de comprendre ce qui construit une véritable humanité.

 

    D’autre part, si Jésus parle de l’unité entre nous, nous savons que celle-ci va demander de faire l’unité déjà en nous-mêmes. N’est-ce pas ce que Jésus avait souhaité pour ses amis quand il promet de nous envoye son Esprit qui est un Esprit de vérité. L’Esprit Saint nous aide à être cohérents avec nous-mêmes, à chercher à faire la vérité qui conduit à la lumière.

 

    La seconde partie de notre évangile exprime la volonté de Jésus que nous soyons toujours avec lui. Il l’avait déjà dit quand, au chapitre 14 du même Jean Jésus disait à ses amis : « Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi » Jn 14, 3. À travers cette parole, Jésus affirme sa solidarité avec nous. Il ne peut envisager d’être vivant en Dieu sans nous. D’ailleurs l’apôtre Paul le dit équivalemment lors que, devant la difficulté des disciples à croire à leur propre résurrection, il lie la résurrection de Jésus et la nôtre : Si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n’est pas ressuscité. Et si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur... Mais non ! le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis » 1 Co 15, 16...20. 

 

    L’Incarnation souligne cette volonté de Dieu de lier son Fils bien-aimé à tous les humains qui sont en vérité les frères et les soeurs du Christ Jésus. L’eucharistie que nous célébrons manifeste ce lien profond entre le Seigneur Jésus et nous puisque, en mangeant le pain consacré, nous recevons en vérité toute la puissance de vie qui habite le Seigneur ressuscité.

 

    L’eucharistie nous dit, dans la foi, cette solidarité entre le Christ Jésus et chacun de nous puisqu’elle nous nourrit de la vie même de Jésus ressuscité. En s’offrant à nous en nourriture, le Christ manifeste sa volonté d’être avec nous tous les jours.

 

    Demandons à l’Esprit Saint d’entrer dans ce mystère d’union avec le Christ Jésus afin que notre vie soit image de l’image, en fidélité avec notre dignité de fils et filles de Dieu.

    

Publié dans Homélies du dimanche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article