« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi  n’est ps digne de moi »

Publié le par Père Maurice Fourmond

13è dimanche
2 Juillet 2017 

Évangile Matthieu 10, 37-42
Homélie

    Je voudrais vous proposer trois réflexions à partir de l’évangile de ce dimanche. Ma première à propos de cette parole de Jésus sur celui ou celle qui aime son père ou sa mère plus que lui ; il dit que cette personne « n’est ps digne de moi ». Parole curieuse dans la bouche de Jésus comme si la fréquentation de Jésus exigeait que nous en soyons digne, comme si des parents exigeaient que leur enfant, pour être leur enfant, soit digne de leur amour ! Jésus avait admiré la réponse du centurion romain venu le solliciter pour la guérison de son serviteur lorsque le centurion lui déclare « Je ne suis pas digne que tu viennes sous mon toit... Entendant cela, Jésus fut en admiration devant lui » Lc 7, 1-10. Nous avons tous conscience de notre indignité devant la grandeur de Dieu et pourtant Dieu ne cesse de nous aimer, de nous accueillir, de nous faire confiance. 


    Alors quel est le sens de la parole de Jésus ? Il me semble qu’il faut interpréter  « n’est pas digne » dans le sens d'un obstacle. N’est-ce pas ce que Jésus suggère dans la parabole des invités à un grand dîner ; les invités déclinent l’invitation pour de multiples raisons d’ailleurs très valables comme le fait d’aller enterrer son père. Ces personnes ne sont pas « indignes » de participer au repas de noces, mais leur attitude constitue un obstacle qui les empêche de se rendre à l’invitation de leur ami. Le maître dit alors au serviteur : “Va sur les routes et dans les sentiers, et fais entrer les gens de force, afin que ma maison soit remplie. Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon dîner.” » Lc 14, 23-24.


    Jésus avait précédé les mots « n’est pas digne de moi », par cette phrase : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi ». Là encore il convient d’interpréter cette parole. Jésus n’entend pas comparer deux amours, celui pour les parents et celui pour lui-même ; je crois qu’il ne s’agit même pas de préférence. Je pense qu’il nous demande de purifier notre amour. J’aurais envie de traduire ainsi la parole de Jésus : « pour être mes disciples, mes compagnons, il convient de purifier votre amour, il s’agit d’essayer d’aimer à la manière de Dieu vos parents, vos frères et soeurs, comme moi Jésus,  j’aime ». N’est-ce pas d’ailleurs ce que suggère la suite de notre évangile quand Jésus parle du simple verre d’eau fraîche donné à une personnes qui a soif. Il s’agit de dépasser un amour purement humain pour entrer dans l’univers de Dieu, dans l’univers de Jésus et sa manière divine d’aimer.


    Enfin faut nous rappeler un autre passage mais dans l’évangile selon Saint Marc où Jésus, employant l’image d’une récompense, affirme que celui qui quitte tout pour le suivre retrouvera ce qu’il a quitté au centuple : « Pierre se mit à dire à Jésus : « Voici que nous avons tout quitté pour te suivre. » Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : nul n’aura quitté, à cause de moi et de l’Évangile, une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants ou une terre sans qu’il reçoive, en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions, et, dans le monde à venir, la vie éternelle » Mc 10, 28-30. Nous voyons ainsi comment notre évangile à travers les exigences de notre vocation de fils et filles de Dieu, non seulement ne nous entraîne pas à diminuer notre humanité, mais tout au contraire à lui donner son sens véritable, sa véritable grandeur.


    Alors entendons la parole de Jésus comme un appel à une « conversion » au sens où il convient de « perdre sa vie » pour la « trouver » c’est-à-dire où il convient d’aller plus loin dans la capacité à aimer qui nous est donnée par Dieu dès la premier instant de notre vie, en entrant dans la manière divine d’aimer dont Jésus, le Fils bien aimé nous a donné un parfait exemple.
 

Publié dans Homélies du dimanche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article